Etat des lieux en 1984

Belley timbre Le bassin de  Belley accueille environ 230 personnes dans ses structures médico-sociales de l’ADAPEI de l’Ain : 60 pour l’Institut Médico-éducatif, 90 en Foyers d’Hébergement pour adultes, 30 pour le Service d’Accompagnement à la Vie Sociale, 30 pour le Foyer d’Accueil Médicalisé.
La plupart des adultes travaille en Etablissement et Service d’Aide par le Travail. 15 % d’entre eux vivent au domicile parental ou dans leur propre logement.

Le Service d’Accueil de Jour (20 places) fut créé ultérieurement afin de répondre aux besoins découlant du vieillissement des travailleurs handicapés pour lesquels l’activité professionnelle n’était plus judicieuse.

De la volonté et du dynamisme de quelques parents et éducateurs est né  notre club sportif, le 1er janvier 1985. A l’époque, 80% des personnes en situation de handicap mental ne se dépensait guère physiquement, n’ayant pas développé de désir ni de  compétences pour une pratique sportive régulière.

En 1984,  le sport ne revêtait qu’un aspect ludique au sein des établissements essentiellement pour une tranche d’âge entre 20 et 30 ans.

Le sport codifié, structuré en club avec une notion de progression était inexistant.

La création de l’A.B.S.A. a permis  de développer des disciplines sportives plus variées et mieux orchestrées. Notre engagement fut d’emblée orienté vers l’amélioration de l’estime personnelle et l’ouverture sur l’extérieur.

La pratique du judo s’arrêta au départ de l’éducatrice qui l’animait. La gymnastique et les courses de cross-country ont peu à peu laissé le pas à des disciplines plus techniques. Ce furent cependant d’importants moments de partage dans les rencontres qu’elles suscitèrent.

Composition de l'association

L’association est administrée par un Conseil d’Administration de  neuf membres qui exercent l’ensemble des attributions que les présents statuts n’attribuent pas à l’Assemblée Générale. Depuis 2010,  quatre sportifs adaptés représentent  les différentes disciplines en vigueur.

Le Conseil d’Administration se réunit une fois par trimestre. Les représentants des disciplines sont les portes parole des licenciés. Nous les amenons à s’impliquer de façon active dans la vie du club.

Nous recherchons l’amélioration de la communication entre les différents intervenants dans le suivi de la personne porteuse d’un handicap : Directeurs, chefs de service, équipes éducatives, tuteurs, parents, élus locaux, représentants des collectivités territoriales, partenaires sportifs.

Ils sont invités lors de l’Assemblée Générale.

La désignation d’un interlocuteur privilégié  par structure facilite  depuis 2011  la transmission des informations.

 

LERIGET Jean-Claude

Président

TRAVERSAZ Jean-Pierre

Président Adjoint

SAUREL Alain

Trésorier

MOURIER Lucie

Trésorier Adjoint

POLI Ghislaine

Secrétaire

CREBIER Philippe

Secrétaire Adjoint

LERIGET Rosine

CA

BALLAND Maurice

CA

ROSELLI Patrick

CA

THIROUX Carole

CA

LOUP Alain

CA

PAYEBIEN Alain

CA

GONNARD Mickaël

CA

MATILLAT Jean-Louis

CA

Reunion

Le bureau fait partie du Conseil d’Administration

Les personnes handicapées disposent souvent de faibles ressources financières : L’adhésion à l’ABSA leur permet de pratiquer plusieurs disciplines pour une cotisation que nous maintenons modeste.

Toute personne qui désire pratiquer une discipline sportive en loisirs ou compétitions relève de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).

Celle - ci reconnait la personne en situation de handicap et notifie une orientation en IME, IMPRO, FOYER/ESAT,SAVS, ESAT, FO, FAM. 

 

 

L'ABSA est affiliée à la Fédération Française Sport Adapté  : 3 rue Cépré 75015 PARIS tel : 01 42 73 90 00

 

Ffsa

Les valeurs de l' ABSA

Kevin et theo 1 Dès sa création, l’ABSA fut porteuse des valeurs de convivialité, d’esprit de partage, d’humilité, de respect, de tolérance et du bonheur d’accomplir  ensemble. Le rappel de ces valeurs est fait par tous les encadrants et les sportifs de longue date.

La camaraderie et le soutien mutuel sont les valeurs qui solidarisent les sportifs, qui font la force d’une équipe.

Notre souhait est de valoriser les personnes en difficultés en adaptant notre mode d’enseignement et les progressions pour leur permettre de donner le meilleur d’elles-mêmes, de leur offrir des situations de réussite reconnues par leurs familles et leurs proches, de les intégrer dans leur environnement  de vie.   Le sport est un excellent moyen pour y parvenir.

Au cours de nos trente ans d’existence, d’autres valeurs sont venues enrichir notre capital de base :

Le maillage entre professionnels et familles  permet de porter un  regard neuf sur leurs compétences, lesquelles s’expriment alors aussi en d’autres lieux comme au travail. La pratique de l’athlétisme et du ski a permis à un jeune adulte de remobiliser son attention et de prétendre maintenant à un poste de travail.

Le partage d’une passion sportive, les regroupements des compétitions sont également des moments où les parents se retrouvent entre eux et se soutiennent mutuellement. Le temps des photos  a laissé la place à la réalisation de DVD à partir des séquences filmées par les parents.

Le nombre modeste de licenciés nous a conduits à une organisation par compétences et non par âge, contrairement au sport « ordinaire ».

Dans chaque discipline, il existe une mixité des sexes et des âges. Ainsi  les jeunes sportifs évoluent  donc avec des sportifs plus âgés.

Nous essayons de former des groupes hétérogènes en âge, et homogène en capacités physiques.

Ce faisant, nous créons un brassage intergénérationnel tout à fait intéressant : La jeunesse des uns dynamise les plus âgés, la fougue juvénile se voit contrée par la maturité des ainés.

Le partenariat avec d’autres clubs sportifs permet également de renforcer la socialisation, les liens humains. Cet aspect est très important pour ceux qui n’ont plus de famille.

Les compétitions font découvrir d’autres régions et nourrissent de bons souvenirs. L’appartenance sportive se décline dans la fierté de porter les tenues du club, le drapeau de la ville au niveau national et le drapeau français au niveau mondial.

Le club donne la possibilité à ceux qui n’ont pas l’esprit de compétition de se retrouver pour tisser des liens pendant l’activité sportive. L’apprentissage de la technique pour ces sportifs n’est pas l’objectif prioritaire.

Le sportif vient au club en premier lieu pour prendre du plaisir.

« Ce n’est pas gagner qui nous rend heureux, c’est parce que nous sommes heureux que nous gagnons ».

Au fur et à mesure des réussites, grâce à l’assiduité aux entraînements, et surtout  par leur motivation, les performances s’améliorent. La notion de compétition devient source de saine émulation. L’émotion ressentie lors de la montée sur le podium est encore présente de nombreux jours : « J’ai entendu tous mes copains qui m’encourageaient et alors là, j’ai nagé, j’ai nagé et quand j’ai vu que j’étais la première, j’ai pleuré » racontera à son retour une médaillée or aux 200 m de natation.

Les interviews sont parfois bouleversantes : « J’y suis arrivé parce que l’on a cru en moi »

Nous avons la chance d’avoir des sportifs ambitieux, tournés vers le beau geste, vers l’excellence. Ils rêvent d’aller porter les couleurs  du club et de la France en dehors de nos frontières.

Aujourd’hui, la moitié de nos licenciés a plus de 35 ans. Le vieillissement représente un facteur décisif dans la diminution des performances et de l’activité.

Nous essayons de maintenir  pour ceux qui le souhaitent,  une vie sportive et  pour certains la conservation d’une pratique compétitive.

Les profils sportifs

Ski roue L’ABSA accueille environ 45% de la population handicapée du bassin de Belley.

Il est cependant difficile de chiffrer avec certitude : Il existe des sportifs qui pratiquent à titre de loisir dans leurs  établissements par l’Union Nationale de Sport Scolaire, ou à titre  individuel.

Chez les moins de 24 ans, 80%  des 32 % participent à titre de loisirs, dans les activités pétanque, marche, natation, athlétisme (course).

Ces pourcentages varient d’une année sur l’autre. Quelques sportifs partent à la retraite ou arrêtent une pratique. Les jeunes, à la sortie de l’IME, s’orientent sur d’autres centres d’intérêts, ou parfois quittent la région.

Néanmoins, nous pouvons estimer qu’il existe encore 30 % de personnes qui ne pratiquent pas d’activité physique sur l’ensemble du secteur de BELLEY, pour diverses raisons : un handicap trop  lourd, des troubles du comportement, une contre-indication médicale, le manque d’intérêt, l’absence de la discipline désirée, le manque d’information, une incompatibilité horaire ... et malheureusement nos limites en termes de capacité d’accueil.

Dès ses débuts, l’ABSA organisa diverses compétitions, notamment un cross départemental, régional, interrégional, durant 18 ans, et national (plus de 400 personnes).

Ces organisations  se sont arrêtées en raison d’un manque substantiel de concurrents.

Au fil du temps, notre projet a muri et il a développé un aspect compétitif qui s’adresse  à environ soixante-dix personnes, dont une vingtaine de filles. La tranche d’âge dans ce registre s’étend de 14 à 63 ans.

 Notre objectif  s‘oriente vers une prise en charge de qualité afin de donner la possibilité aux sportifs de se perfectionner dans la ou les disciplines pratiquées.

Leurs réussites ont favorisé  le sponsoring qui permet en retour des investissements en termes d’enseignement qualifié et de matériels.

Tout en spécialisant son panel de disciplines sportives pour permettre le cheminement vers l’excellence,  l’ABSA a veillé à conserver une déclinaison qui réponde aux différents besoins et désirs.

Un nageur peut continuer à pratiquer son sport à titre de loisir lorsque l’intérêt qu’il a porté aux compétitions décroit ou que ses capacités physiques l’en écartent.

Une personne nouvellement retraitée pourra continuer à pratiquer son sport, entretenir sa forme physique et ses contacts sociaux. L’ABSA lui permet d’éviter le confinement de l’isolement.

Pour les dirigeants, il importe de permettre de pratiquer un sport et pas seulement une activité physique. Nous avons la volonté de faire progresser l’ensemble des sportifs.

L’intégration qui fut un de nos premiers objectifs, trouve également son accomplissement lorsqu’un sportif est devenu suffisamment chevronné pour  entrer dans un club non adapté. Deux nageurs ont  participé également aux compétitions départementales  de la Société de Natation Belley Pollieu. L’un d’entre eux était même devenu  chronométreur lors des compétitions.

L’apprentissage de la glisse développe la confiance et la souplesse pour apprivoiser les nouvelles sensations. Un groupe de niveau homogène fut créé car les facultés de compréhension et de réalisation sont plus lentes et ne leur permettaient pas de s’insérer directement dans les groupes existants.

L’encadrement bénévole n’est pas pertinent pour ce groupe. L’ABSA consacre donc une partie de ses finances pour le confier à des pédagogues aguerris. Ils ont eux-mêmes refondu leurs leçons et nous font partager leur savoir. Le temps de concertation entre bénévoles et personnes qualifiées a lieu en présence des sportifs en fin de séance. C’est l’occasion d’une redite théorique des exercices pratiqués.

Le handicap mental stigmatise souvent la personne qui en est porteuse. Le sport est un terrain de réussite qui les libère de ce poids.

La franche camaraderie offre un soutien essentiel aux personnes isolées par la vie ou les difficultés psychiques.

Nous évaluons la portée de nos actions sur les critères suivants : pérennité de l’engagement, assiduité, envie de progresser, plaisir dans l’effort, esprit d’équipe.

Les partenaires sportifs

Le Club de Pétanque de Belley

Notre partenariat a démarré en 1999, nous nous entraidons mutuellement.

Le Club met une personne à la disposition de l’ABSA.

Nous participons à un gentleman qui mixte valide et handicapé dans les équipes et nous nous retrouvons pour le championnat départemental de Sport Adapté.

 Le Club des Retraités Sportifs section Pétanque

Ce club contribue  à l’organisation et à l’encadrement des entraînements des sportifs en mettant à disposition 4 personnes pour encadrer les sportifs adaptés.

Toutefois, l’encadrement arrive bientôt à saturation.

Ces deux clubs ne disposent pas de personne ayant le Brevet d’Etat.

Le football  reçoit l’aide du club local :                             

Le Club  Sportif  Belleysan.  A l’occasion de rencontres en championnat sport adapté et par la mise à disposition des infrastructures et de quelques bénévoles.

Le club d’athlétisme :

Il existe une section d’athlétisme à Belley, rattaché au club d’athlétisme d’Aix Les Bains.

Son effectif s’accroit d’année en année suite aux  performances de niveau national et international de jeunes locaux tels que M. Pessonneaux et M. Lemaitre.

Le club de ski de fond : le Ski Club Valromey Retord et l' Union Sportive de Cormaranche en Bugey   Sport graphics cross country skiing 910665

Nous bénéficions des conseils techniques des présidents des clubs, Mme Nathalie COURTIN et aussi de Gilles Berthet.

1 sportif adapté actuellement licencié au Ski Club Valromey Retord.

3 autres sont à l' Union Sportive de Cormaranche en Bugey. Des difficultés de transport (Belley est à 45 km), d’horaire, de disponibilité, et de niveaux ne nous permettent pas de développer une collaboration plus aboutie.

Eux aussi rencontrent un phénomène de saturation au regard du quota possible d’encadrement.

Le nombre de licenciés fut renforcé par la réussite olympique au biathlon de Sandrine Bailly.                                          

Les moniteurs de la station des Plans d’Hotonnes et d’Hauteville - Lompnès ont permis de faire progresser l’enseignement de la technique, relayé par les bénévoles pour les groupes de niveau intermédiaire. Pour les débutants et les compétiteurs, leur aide est précieuse, ainsi que le relais par la personne de l’ABSA ayant le BFSA.

Ce partenariat nous a fait comprendre l’importance de l’investissement dans un matériel et un fartage de qualité.

Nous associons les sportifs à ces étapes pour qu’ils participent pleinement à la connaissance de tous les aspects de leur sport de prédilection.

Nous devons faire face à un coût important pour le renouvellement du matériel et son entretien: fartage, petites réparations, fixations...

L’engagement financier de  l’ABSA permet aux personnes en situation de handicap mental de pratiquer ce sport, sans quoi leurs moyens financiers ne le pourraient pas à ce niveau de compétences.

Le Ski Roues : Au stade de biathlon des Plans d’Hotonnes

L’ABSA finance les services d’un moniteur détenteur du Brevet d’Etat, aidé par le BFSA et un bénévole de l’ABSA.

Depuis une quinzaine d’années, nous allons au devant des clubs locaux.

Nous regrettons la saturation des clubs d’athlétisme, de natation et de ski de fond de notre secteur.

Les sportifs de l’ABSA sont motivés et compétents : ils s’intègrent dans un groupe sans aucune difficulté de comportement. Nous veillons à entretenir leur esprit d’équipe. L’ABSA espère ainsi servir « d’école du sport ».

Les partenaires médico-sociaux

 

Les structures d’accueil pour personnes handicapées  mettent à notre disposition des véhicules, des salles de réunion et participent à l’accompagnement éducatif dans la mesure de leurs possibilités.

Les longs trajets et l’hébergement pour les compétitions sont pris en charge par l’ABSA.

Nous sommes très reconnaissants de leur précieuse aide, ainsi que celle des ESAT qui acceptent de libérer les sportifs malgré leurs contraintes de production.

Cependant l’encadrement éducatif ne possède pas toujours la qualification requise dans les disciplines concernées. 

C’est donc pour cela que l’ABSA réserve une partie de ses finances pour des vacations de niveau professionnel certifié.

L’engagement associatif permet aux personnes reçues par ces institutions de participer à des manifestations sportives ou amicales en se chargeant des contacts organisationnels et des démarches administratives.

L’ABSA fournit les tenues sportives et elle offre un panel de sport qui serait aujourd’hui difficilement finançable sur les budgets institutionnels. Le matériel de ski de fond et de ski roues est onéreux, ainsi que son entretien.

Conscients des ressources des sportifs, nous veillons à maintenir une cotisation multi-sport modeste.

Comme la plupart des clubs, une soirée festive annuelle  est organisée. Elle permet aux parents, amis et partenaires  de se rencontrer. Les parents de jeunes enfants  y échangent avec les parents d’adultes, cela facilite le changement de structure.

Les actions réalisées

Gentleman petanque

 

Notre souci de favoriser l’ouverture sur l’extérieur, présent dès la création de l’ABSA, s’exprime aujourd’hui par la participation régulière aux manifestations de notre secteur :

  • La fête du sport  en septembre

  • Le Défi sport en décembre

  • La course des Lumières à Aix les bains en décembre

  • Courses sur route de la Communauté de communes

  • Gentleman pétanque

  • Tournoi ou matchs amicaux de football

Les rencontres socialisantes sont aussi à l’œuvre dans les rassemblements festifs.

 

Depuis 2008, nous avons développé des actions spécifiques :

 

- Permettre l’apprentissage du ski de fond aux personnes les plus en difficultés

 

Un groupe homogène fut créé, conduit par un moniteur qualifié car la pédagogie devait être spécifique pour conduire « l’apprivoisement » de ces sensations de glisse, de perte de la stabilité usuelle de la terre.

Les élèves peuvent aussi bien être des jeunes souhaitant s’initier au ski de fond que des futurs retraités n’ayant jamais pratiqué.

Cette action a demandé un travail de préparation de la part des bénévoles pour préparer l’organisme des personnes déficientes mentales à supporter des efforts d’intensité variée et de reculer l’apparition de la fatigue. Cette préparation s’exerce au travers de la marche, de la course à pied et de la natation afin d’améliorer l’adaptation cardio-vasculaire à l’effort et d’optimiser la capacité respiratoire.

 

Cette action permet :

 

Sur le plan physique :

 

  • La stimulation et le développement de toutes les potentialités motrices et fonctionnelles.

  • La recherche d’une efficacité des conduites motrices

  • La coordination des membres supérieurs et inférieurs

  • Le développement de l’endurance et de la résistance

  • La contribution au maintien d’une bonne santé et l’acquisition de la condition physique

Sur le plan cognitif :

 

  • Apprendre à se déplacer, à s’orienter : lire et comprendre les couleurs des flèches directionnelles

  • Une meilleure connaissance de son schéma corporel

  • Apprendre à se représenter son corps : (lors de la poussée simultanée : se représenter la position des mains derrière le dos)

  • Maîtriser l’équilibre

  • Adapter la position du corps en fonction du dénivelé de la piste

Sur le plan psycho-relationnel :

 

  • Développer le goût à l’effort, la persévérance, l’esprit de compétition

  • Apprendre à connaître, ressentir ses capacités, ses limites

  • Construire un lien social : reconnaître et respecter les autres, s’intéresser à l’autre, partager une même objectif, acquérir un esprit d’équipe

  • Se sentir revalorisé par la pratique du ski de fond

  • Ne plus se sentir inférieur aux autres du fait de difficultés à l’abstraction

Les objectifs de cette action sont :

 

  • La prise de conscience par le sportif de ses capacités

  • L’amélioration de sa confiance en lui-même,

  • La découverte du nouveau plaisir.

Le contenu :

 

Le travail proposé s’orientera essentiellement selon 4 axes :

 

  • l’équilibration

  • la propulsion

  • la synchronisation des membres supérieurs et inférieurs

  • la prise de confiance en soi

Les séances s’organisent selon une progression afin de faire ressentir une évolution des acquisitions, source réelle d’encouragement.

Toutefois les exercices de chaque séance peuvent être refaits sans pour autant freiner la progression du sportif. Le même geste est de plus en plus fluide au fur et à mesure de son intégration par la répétition.

Les plus assidus réussissent à participer à une compétition de ski de fond du sport adapté en division 3.

Cette action s’inscrit sur une durée de deux ou trois saisons, voir plus, selon le degré de compréhension jusqu’à l’obtention d’un niveau technique satisfaisant pour se mouvoir en toute sécurité et ressentir le plaisir de glisser sur la neige sans peur.

Public ciblé : Tout âge, déficience mentale moyenne voire profonde, même avec des troubles de la personnalité.

Sexe : M – F

Nombre de personnes : 5 à 10 personnes.

Lieu de réalisation de l’action : La station des Plans d’Hotonnes 

Dates de début et de fin de l’action : Janvier 2009 à Juin 2016

L’évaluation se portera sur :

 

  • L’assiduité aux activités

  • La maîtrise de la technique rudimentaire

  • La vitesse de déplacement

  • Le lien social créé avec les autres participants

 

Se préparer à bien vieillir pour les personnes en fin de carrière professionnelle

 

Les objectifs de l’action :

 

  • Faciliter le passage à la vie de retraité qui ne sera plus fortement structurée par le rythme du travail en gardant de l’enthousiasme

  • Remobiliser la personne pour l’activité physique et ses bienfaits

  • Activer des nouveaux liens sociaux

  • Permettre une meilleure espérance de vie, une meilleure santé

 

Les éducateurs des Foyers constatent effectivement que le travail en ESAT fut fortement investi.

Son arrêt, même progressif, laisse fréquemment les personnes handicapées dans un manque d’envie, voire d’un abattement un peu dépressif, un repli.

Cette période leur est d’autant plus difficile car le sentiment de solitude est renforcé par des deuils familiaux, les fratries n’étant pas forcément présentes de façon régulière.

Souvent, ils ne savent pas occuper leur temps libre par une activité de prédilection ou entretenir une conversation ou une relation amicale suivie.

Le vieillissement des populations handicapées, est un phénomène « nouveau » (résultant des avancées de la médecine).

Et aujourd’hui il devient une préoccupation nationale.

Le contenu :

L’ABSA propose trois activités :

 

  • La pétanque

  • La marche

  • La natation (apprentissage de la nage et son perfectionnement paisible.)

  • Fréquence minimum : une fois par semaine par discipline

 

Ces disciplines se pratiquent en dehors du centre d’hébergement au contact du public. Cet aspect est essentiel pour diversifier les rencontres.

 

  • Public ciblé : Personnes âgées, porteuses d’un handicap mental moyen

  • Tranche d’âge : 54 – 60 ans

  • Sexe : M - F

  • Nombre de personnes : 10

  • Lieux de réalisation de l’action : Le boulodrome, Le Centre nautique, la campagne belleysane.

  • Dates de début et de fin de l’action : Janvier 2010 à Juin 2016

 

L’évaluation se portera sur :

 

  • L’assiduité aux activités

  • La participation aux concours de pétanque

  • Savoir nager

  • Le lien social créé avec les autres participants.

 

Faire des démonstrations en public, affronter le regard des autres

 

Type de l’action :

 

Se perfectionner en ski roue pour réussir une démonstration devant un public

 

Les besoins :

 

Les personnes porteuses d’un handicap intellectuel ont souvent souffert en silence du regard des autres.

Se montrer capable favorise une revalorisation dont les bienfaits s’étendent au –delà de la manifestation elle-même.

La publication de leurs photos dans les journaux devient leur fierté légitime.

 

Les objectifs :

 

  • Mettre en lumière les compétences techniques de sportifs

  • Devenir des acteurs de communication pour le sport adapté

  • Créer des échanges

Le contenu de l’action :

 

  • Repérer les sportifs à fort potentiel

  • Augmenter le temps hebdomadaire d’entraînement

  • Augmenter le nombre de stage ski roues

Public ciblé : Sportif porteur d’un handicap mental léger ou moyen

Tranche d’âge : 15 - 50 ans

Sexe : M - F

Nombre de personnes : 12 à 15 personnes

Lieux de réalisation de l’action : Ville et Installations sportives de Belley, La station et le stade international de biathlon des Plans d’Hotonnes, manifestation des 40 ans du Sport adapté à Hauteville.

Dates de début et de fin de l’action prévue : Septembre 2010 à juillet 2016

L’évaluation se portera sur :

 

  • l’épanouissement personnel

  • L’assiduité aux entraînements,

  • Les invitations

  • La médiatisation de ces démonstrations

Préparation en vue des sélections nationales

 

Type de l’action : Etablir une progression pour accéder aux sélections nationales

Les besoins : Il n’existe pas sur le secteur ni sur le département, une organisation spécifique pour les sportifs porteurs d’un handicap mental et désireux de pratiquer le ski de fond à un très bon niveau de compétition. L’ABSA a souhaité pallier à ce manque.

Les objectifs :

 

  • Permettre aux sportifs de progresser pour espérer de façon réaliste leur sélection au niveau national pour représenter le sport adapté français aux compétitions internationales :

    • Championnat du Monde en Turquie (2012)

    • Championnat du Monde en Turquie (2013)

    • Championnat du Monde en Estonie (2014)

    • Challenge internationale en Italie (2015)

    • Championnat du Monde en Suède (2015)

    • Championnat du Monde en Pologne (2016)

    • Championnat du Monde en France (2017)

    • jeux Para-Olympiques en Corée du Sud (2018)

  • La compétition est le moteur de l’action, rêver de gagner permet aux sportifs de se projeter dans une trajectoire et sacralise leurs efforts.

  • Outre la fierté personnelle, monter sur un podium, gagner une médaille, permet la valorisation sociale

Le contenu :

 

  • Repérer les sportifs à fort potentiel

  • Augmenter le temps hebdomadaire des entraînements

  • Augmenter le nombre de stage en ski de fond et en ski roues

  • Développer les compétences dans les deux styles (classique et skating)

  • Introduire la marche nordique pour développer l’endurance

  • Recourir aux compétences des vacataires diplômés d’état

  • Suivre la progression du sportif au-delà de la technique, dans son hygiène de vie, ses dispositions mentales.

  • Procurer du matériel d’excellente qualité, adapté à la morphologie de chaque sportif (1 paire de skis pour le classique et une pour le skating (avec deux paires de chaussures)

  • Fournir un fartage en rapport avec la nature de la neige et le faire conscientiser

  • S ‘appuyer sur trois grands principes :

  • La permanence : S’entraîner toute l’année

  • La rigueur : Travailler sérieusement, avec implication et application

  • L’équilibre : Planifier les temps de récupération

Public(s) ciblé(s) Sportif, porteur d’un handicap mental léger- moyen

Tranche d’âge : 15 - 50 ans

Sexe : M - F

Nombre de personnes : 8

Lieux de réalisation de l’action : Installations sportives de Belley, Le stade international de biathlon et la station des Plans d’Hotonnes.

Dates de début et de fin de l’action prévue : Septembre 2010 à Mars 2018

Les résultats :

 

  • Epanouissement personnel

  • Augmentation des performances

  • Podiums nationaux (17 médailles en février 2011)

  • Podiums nationaux (36 médailles en mars 2016)

  • Sélections nationales pour des podiums internationaux

L’évaluation se portera sur :

 

  • L’assiduité aux entraînements

  • Les tests de niveau et de progression

  • Les résultats sportifs et les qualifications dans le groupe France :

  • Février 2011 : 3 sportifs sélectionnés en équipe de France de ski de fond pour les championnats du monde à Lans en Vercors du 02 février au 6 février 2011

  • Résultat : Une médaille de bronze sur le 5 Km Classique : Dorian TRAVERSAZ

  • Février 2012 : 4 sportifs seront retenus pour représenter le France au Championnat du Monde à Palandoken en Turquie du 27 février au 4 mars 2012

  • Résultat : Une médaille d’argent sur le 5Km Classique : Dorian TRAVERSAZ

  • Mars 2013 : 5 sportifs dont une féminine seront retenus pour représenter le France au Championnat du Monde à Palandoken en Turquie.

  • Résultats : 4 médailles de bronze sur le : 5 KM libre, 3 KM classique, 1KM sprint, combiné : Nadia COCHET

  • MARS 2014 : 5 sportifs dont une féminine seront retenus pour représenter le France au Championnat du Monde à Otepaä en Estonie

  • Résultats : 1 médaille de bronze sur le 5 km libre. Nadia COCHET

  • MARS 2015 : 5 sportifs dont une féminine sont retenus pour représenter le France au Championnat du Monde à Klovsjo en Suède.

  • MARS 2016 : 5 sportifs dont une féminine sont retenus pour représenter la France au Championnat du Monde à Zakopane en Pologne

              Résultat : relai 3x1,2 km CL 4ème monde/3ème Europe : médaille de bronze Europe

 

 Le Pôle d’Entrainement Régional ski de fond :

 

3 jeunes sportifs intègrent le pôle depuis novembre 2015 :

 

  • Mademoiselle Léa Thiroux

  • Mademoiselle Romane Torelli

  • Monsieur Didier Sevestre

La compétition ne se limite pas seulement à la fierté de monter sur un podium

 

 

Le ski de fond en famille

 

A quel(s) besoin(s) réellement identifié(s) cette action correspond-elle ?

 

Nous constatons un manque d’adhésion des jeunes sportifs et sportives. L’expérience nous a montré que sans le soutien des parents, de la famille, l’enfant ne s’engage pas dans le sport de manière pérenne.

En 1995, une mère est venue aux plans d’Hotonnes pour accompagner son fils. Elle a découvert cette pratique alors qu’elle n’avait jamais fait que du ski de piste. Nous lui avons ensuite proposé de rejoindre notre équipe. Son engagement dans l’action a été décisif pour soutenir son fils. Aujourd’hui, il est en équipe de France.

Nous nous sommes aperçus que le rôle crucial porté par l’entourage dans l’initiation et le maintien de l’engagement est encore plus décisif pour les personnes du sexe féminin.

Cette différence repose tout d’abord sur une motivation différente : Les filles recherchent plus à se retrouver en groupe amical qui les fait s’orienter plus souvent vers des activités comme la danse ou la gymnastique qui mettent en valeur la séduction du mouvement et l’amélioration esthétique du corps prônées par les médias.

Le prix d’un équipement pour le ski est cher : elles préfèrent investir dans la mode et les soins esthétiques.

Leur goût pour l’effort physique est moins développé que chez leurs homologues masculins.

Les sportives féminines souffrent d’un déficit de modèle identificatoire.

Trop souvent la famille se tient en retrait : méconnaissance du sport, timidité, peur d’être maladroite, manque de moyens financiers.

Trop souvent, l’enfant handicapé est vécu comme un frein dans la famille,  une personne qu’il faut porter à bout de bras pour espérer faire une activité.

Toutes ces raisons rendent l’accès aux sports pour tous encore plus difficile, notamment pour pratiquer le ski de fond.

Afin d’aider l’entourage (parents mais aussi la fratrie) à encourager les sportifs à être présents de façon assidue aux entraînements tout en oxygénant la cellule familiale, nous avons mis en place 3 journées d’initiation au ski de fond pour les familles qui le désirent.

 

Quels sont les objectifs de l’action ?

 

Les objectifs de l’action sont :

  • Obtenir l’adhésion de l’environnement familial

  • Permettre aux parents (ou au frère ou à la sœur) de partager cette découverte en skiant réellement avec la personne handicapée

  • Les accompagner pédagogiquement

  • Promouvoir le sport en famille au-delà des journées découvertes

  • Favoriser le soutien effectif de cet apprentissage

  • Favoriser l’insertion sociale, l’ouverture sur d’autres contacts

  • Impliquer les familles dans la vie du club : de la position de « consommateur passif » découvrir la possibilité d’un positionnement en bénévole actif

 

Quel en est le contenu ?

 

Une série de trois journées de découverte sont proposées durant lesquelles :

 

  • Nous mettons en confiance la famille dès l’arrivée sur les pistes en présentant l’équipe et le domaine de Plan d’Hotonnes et (ou) de La Praille, en leur expliquant le choix du matériel qui leur est prêté par rapport à leur morphologie

  • Nous initions la famille aux principales techniques du ski de fond : Deux heures de cours avec un moniteur le matin, et deux heures l’après - midi, avec le Brevet Fédéral du club.

  • Cet investissement coûte cher au club : 378 euros pour l’ensemble des 3 séances.

  • Nous instaurons de la convivialité dans les échanges qui vont au-delà du sport lors du repas pris ensemble dans la salle hors sac

  • Nous faisons, avec tout le groupe, le bilan de chaque séance en favorisant l’expression la personne handicapée et en répondant aux questionnements de la famille.

  • Nous veillons à l’équilibre numérique pour conserver la singularité et la qualité de ces rencontres

Public(s) ciblé(s) ?  Personnes porteuses d’une déficience intellectuelle…et la famille (parents, sœurs, frères)

Tranche d’âge : 8 – 50 ans Sexe : M - F

Nombre de personnes bénéficiaires : 8 - 10

Lieu(x) de réalisation de l’action : PLANS D’HOTONNE et le Site de LA PRAILLE HAUTEVILLE – LOMPNES

Dates de début et de fin de l’action prévue :… Décembre 2011 à Mars 2016

Quels résultats concrets attendez-vous de cette action ?

 

  • Attirer des jeunes sportifs dans la discipline

  • Convaincre de la nécessité de lutter contre la sédentarité dès le plus jeune âge  et si au terme des trois séances, l’enfant n’adhère pas aux sports de glisse, nous lui proposons de découvrir les autres disciplines proposées par l’ABSA

  • Créer du lien entre le club et les parents

  • Obtenir la participation de nouveaux bénévoles pour pérenniser la pratique sportive de notre club

  • Donner envie de continuer à la famille cette activité de plein air au-delà du club

Quelles sont les méthodes d’évaluation prévues pour l’action ? 

 

  • L’augmentation de l’effectif dans cette discipline : objectifs 6 sportifs et (ves) supplémentaires.

  • Le recueil des paroles des familles et du jeune lors du bilan

  • La plus grande participation des parents à la vie du club

  • Les contacts ultérieurs qui nous font écho de leur satisfaction (demandes de conseils pour la location ou l’achat de matériel notamment)

  • Le soutien psychologique apporté par les familles qui alors se montrent plus impliquées dans les progrès et le plaisir de leur enfant.

 

Perfectionnement, progression en vue des sélections nationales

 

Les sportifs sont demandeurs de perfectionnement, surtout chez les adolescents (es) pour acquérir un fort bagage technique en ski nordique et réaliser leur rêve : entrer en équipe de France et faire des podiums internationaux.

En raison de la maturité tardive des personnes porteuses d’un handicap mental dû en partie à la déficience intellectuelle, cela ne permet pas d’envisager de recevoir de très jeunes sportifs.

En revanche nous recevons de grands adolescents et de jeunes adultes.

Ils désirent une pratique fine pour les aider à accéder au haut niveau, progresser et gagner des sélections nationales, en vue du prochain championnat du monde et des jeux paralympiques, de rentrer sur la liste ministérielle de sportif de haut niveau : élite, sénior ou espoir.

Quels sont les objectifs de l’action

 

  • Continuer à renforcer et mieux structurer une organisation au sein du club
    • Faciliter l’accès à la pratique du ski aux jeunes

    • Se servir de l’activité comme support éducatif : respect, tolérance, partage, convivialité, goût de l’effort, rigueur, persévérance……

  • Ouvrir de nouveaux créneaux d’entraînement pour améliorer la condition physique, la compétence dans la discipline, et le suivi du sportif.

  • Faire développer les qualités suffisantes pour répondre aux exigences des sélections nationales

  • S’inscrire dans la politique fédérale qui ouvre un Pôle d’entraînement Régional

  • Faire de la détection auprès des jeunes.

  • Placer l’ambition sportive au centre du projet de vie du sportif.

  • Réunir les compétences et moyens à mettre à disposition des sportifs pour accéder à un épanouissement social en référence au double projet : sportif et professionnel.

Quel en est le contenu ?

 

  • Repérer les sportifs à fort potentiel

  • Développer l’ambition sportive

  • Augmenter le temps hebdomadaire des entraînements,

  • Augmenter le nombre de stage ski de fond, ski roues,

  • Développer les compétences dans les deux styles (classique et skating)

  • Introduire la marche nordique pour développer l’endurance

  • Mieux utiliser les vacataires diplômés d’état,

  • S ‘appuyer sur trois grands principes :

  • La permanence : Possibilité de s’entraîner toute l’année,

  • La rigueur : Recherche d’un travail sérieux,

  • L’équilibre : Des acquisitions sur le plan sportif, social, planification des temps de récupération, repos du sportif.

  • Les préparer aux compétitions de haut niveau sur le plan national (Championnat de France)

  • Faire évoluer et s’épanouir les sportifs dans leur projet de vie, en développant l’autonomie, l’indépendance, le sens des responsabilités.

  • Développer des partenariats avec les clubs ordinaires des disciplines concernées.

  • Achat de matériel en rapport au niveau de compétence des sportifs dans les deux styles : au moins deux paires de skis et deux paires de chaussures : (classique et skating) par sportif.

Public(s) ciblé(s) ? : Sportif, porteur d’un handicap mental léger- moyen

Tranche d’âge : 13 - 20 ans Sexe : M/F

Nombre de personnes bénéficiaires : 5 à 10

Lieu(x) de réalisation de l’action : Installations sportives de BELLEY, Le stade international de biathlon des PLANS D’HOTONNES, la station des PLANS D’HOTONNES, LA PRAILLE à HAUTEVILLE – LOMPNES, et GIRON 1000.

Dates de début et de fin de l’action prévue : Septembre 2014 – Mars 2018

Quels résultats concrets attendez-vous de cette action ?

 

  • Développement et épanouissement personnel, augmentation des performances, podiums nationaux, sélections nationales et podiums internationaux

  • Détecter les sportifs susceptibles d’intégrer les structures de préparation et de suivi en lien avec les commissions sportives nationales chargées de cette mission;

  • Liste ministérielle Haut Niveau

Quelles sont les méthodes d’évaluation prévues pour l’action ? 

 

  • Assiduité aux entraînements, test de niveau et de progression,

  • Résultats sportifs.

 

Apprendre à nager aux enfants

 

Nous ouvrons une section « APPRENDRE A NAGER » destinées aux enfants en situation de handicapes intellectuels.

 

Quels sont les objectifs de l’action ?

 

  • Apprendre à nager

  • Mettre en œuvre ses compétences.

  • Recherche d’une efficacité des conduites motrices.

  • Coordonner les membres supérieurs et inférieurs.

  • Classer les nageurs à partir de leurs capacités à répondre aux contraintes aquatiques

  • Découvrir les cinq disciplines sportives de la natation

  • Participer aux compétitions adaptées et valides

  • Favoriser l’insertion sociale, l’ouverture sur d’autres contacts

Quel en est le contenu ?

 

  • Vaincre la peur de l’eau, familiarisation avec l’eau milieu

  • Des enchainements entrés dans l’eau et immersion

  • La respiration, apprendre à souffler dans l’eau

  • Des enchaînements déplacement ventral et immersion

  • Coulée dorsale,

  • Déplacement dorsal

  • Flottaison ventrale, dorsale immersion orientée, équilibre vertical, enchaînements déplacements ventral et dorsale, exploration de la profondeur,

  • Départ plongé d’un plot de départ, coulée après le départ,

  • Déplacement en crawl avec respiration latérale,

  • Virage culbute, coulée dorsale, retour en dos crawlé

Public(s) ciblé(s) ? :… Personnes porteuses d’une déficience intellectuelle…

Tranche d’âge : 8 – 20 ans Sexe : M - F

Nombre de personnes bénéficiaires : 5 – 10

Lieu(x) de réalisation de l’action : Centre Nautique de Belley.

Dates de début et de fin de l’action prévue : Septembre 2015 à Juin 2017

 

Quels résultats concrets attendez-vous de cette action ?

 

  • Perdre du poids

  • Eviter la sédentarité

  • Attirer des jeunes sportifs dans la discipline

  • Convaincre de la nécessité de lutter contre la sédentarité dès le plus jeune âge 

  • Créer du lien entre le club sport adapté et le club valide

  • Obtenir la participation de nouveaux sportifs pour les engager en compétition

  • Assurer sa propre sécurité dans l’eau. C’est un savoir nager sécuritaire pour tous.

Quelles sont les méthodes d’évaluation prévues pour l’action ? 

 

  • L’augmentation de l’effectif dans cette discipline : objectifs 6 sportifs supplémentaires.

  • Le recueil des paroles des familles et du sportif lors du bilan

  • La plus grande participation des parents à la vie du club

  • Les contacts ultérieurs qui nous font écho de leur satisfaction

  • Développement et épanouissement personnel, augmentation des performances

  • Réussir les tests nage du Conseil Interfédéral des Activités Aquatiques. Ils ont   une  valeur  légale reconnue  par  l’Etat,  ils  sont obligatoirement placés sous la responsabilité d’une personne titulaire du diplôme BNSSA

 

Savoir nager

 

A quel(s) besoin(s) réellement identifié(s) cette action correspond-elle ?

 

Dans le cadre de la nouvelle réglementation fédérale de natation du sport adapté, de la Fédération Française de Natation et du Conseil Interfédéral des Activités Aquatiques, l’ABSA met en place une préparation spécifique pour préparer les nageurs et les apprentis nageurs à passer le test nage, gage d’un niveau technique sécuritaire et la possibilité d’accéder à la compétition. Il se décompose en trois épreuves :

  • L’Explora ’nage,

  • Le Sauv’nage,

  • Le Tech ’nage le pass’sport natation course

Quels sont les objectifs de l’action ?

 

  • Apprendre à nager

  • Mettre en œuvre ses compétences.

  • Recherche d’une efficacité des conduites motrices.

  • Coordonner les membres supérieurs et inférieurs.

  • Classer les nageurs à partir de leurs capacités à répondre aux contraintes aquatiques

  • Découvrir les cinq disciplines sportives de la natation

  • Participer aux compétitions adaptées et valides

  • Favoriser l’insertion sociale, l’ouverture sur d’autres contacts

Quel en est le contenu ?

 

  • Des enchainements entrés dans l’eau et immersion

  • Des enchaînements déplacement ventral et immersion

  • Coulée dorsale,

  • Déplacement dorsal

  • Flottaison ventrale, dorsale immersion orientée, équilibre vertical, enchaînements déplacements ventral et dorsale, exploration de la profondeur,

  • Départ plongé d’un plot de départ, coulée après le départ,

  • Déplacement en crawl avec respiration latérale,

  • Virage culbute, coulée dorsale, retour en dos crawlé

Public(s) ciblé(s) ? : Personnes porteuses d’une déficience intellectuelle…

Tranche d’âge : 8 – 50 ans Sexe : M – F

Nombre de personnes bénéficiaires : 15 – 25

Lieu(x) de réalisation de l’action : Centre Nautique de Belley.

Dates de début et de fin de l’action prévue : Mars 2013 à Mars 2014

Premier passage de test : OYONNAX, centre nautique le 13 octobre 2013

Deuxième passage de test : BELLEY, centre nautique le 22 mars 2014

Troisième passage de test : BELLEY, centre nautique le 28 novembre 2015

 

Quels résultats concrets attendez-vous de cette action ?

 

  • Assurer sa propre sécurité dans l’eau. C’est un savoir nager sécuritaire pour tous.

  • Attirer des jeunes sportifs dans la discipline

  • Convaincre de la nécessité de lutter contre la sédentarité dès le plus jeune âge 

  • Créer du lien entre le club sport adapté et le club valide

  • Obtenir la participation de nouveaux sportifs pour les engager en compétition

Quelles sont les méthodes d’évaluation prévues pour l’action ? 

 

  • L’augmentation de l’effectif dans cette discipline : objectifs 6 sportifs supplémentaires.

  • Le recueil des paroles des familles et du sportif lors du bilan

  • La plus grande participation des parents à la vie du club

  • Les contacts ultérieurs qui nous font écho de leur satisfaction

  • Développement et épanouissement personnel, augmentation des performances

  • Les tests ayant  une  valeur  légale reconnue  par  l’Etat,  ils  sont obligatoirement placés sous la responsabilité d’une personne titulaire du diplôme BNSSA.

 

La pétanque c’est la santé

 

La pratique de la pétanque pour des personnes vieillissantes en situation de handicapes intellectuels

La pratique de la pétanque destinée aux personnes vieillissantes en situation de handicapes intellectuels, contribue à se sortir de la sédentarité, de l’isolement. Elle peut remplacer une ordonnance.

Cette activité se conjugue vers une approche différente, servant de vecteur à la rencontre, à l’échange, au nivellement des différences en partageant le boulodrome de Belley sur l’année, avec le club des retraités sportifs, le club de pétanque (Pétanque Sportive de Belley). Une saison de préparation commune pour la terminer par une rencontre sous la forme de gentleman : une personne en situation de handicap associé à un(e) retraité(e) sportif et un membre du club de pétanque.

 

Quels sont les objectifs de l’action ?

 

  • Rompre l’isolement, passer du temps ensemble, changer les habitudes,

  • Créer du lien social

  • Sortir de la sédentarité

  • Mélanger les individus d’horizons divers

  • Mettre en œuvre ses compétences.

  • Recherche d’une efficacité des conduites motrices.

  • Coordonner les membres supérieurs et inférieurs.

  • Améliorer le système cardio-vasculaire

  • Bénéfice sur l’appareil locomoteur

  • Conserver de la confiance en soi,

  • Franchir les différences

  • Participer aux compétitions adaptées et valides

  • Favoriser l’insertion sociale, l’ouverture sur d’autres contacts

Quel en est le contenu ?

 

  • Apprendre une technique, travail de la mémoire (apprendre et retenir la règle, le comptage de points)

  • Améliorer l’équilibre, la concentration

  • Apprendre à placer son corps, positionnement du buste

  • Les enchainements : se baisser, se lever, lancer, viser, pointer

  • Apprendre à respirer avant de lancer la boule

  • L’intérêt du jeu, support au dialogue, à l’échange pour définir une stratégie

  • Pérenniser l’activité sur les saisons

  • Créer un événement pour susciter l’intérêt, un sentiment de revalorisation, remise de trophée aux participants.

  • Developper la communication externe

Public(s) ciblé(s) : Personnes porteuses d’une déficience intellectuelle…

Tranche d’âge : 40 – 75 ans Sexe : M - F

Nombre de personnes bénéficiaires : 30 - 40

Lieu(x) de réalisation de l’action : Boulodrome de Belley.

Dates de début et de fin de l’action prévue : Septembre 2015 à Juin 2018

 

Quels résultats concrets attendez-vous de cette action ?

 

  • Perdre du poids

  • Eviter la sédentarité

  • Attirer des jeunes sportifs dans la discipline

  • Convaincre de la nécessité de lutter contre la sédentarité

  • Créer du lien entre le club sport adapté et le club valide

  • Obtenir la participation de ces personnes pour les engager en compétition

  • Améliorer son hygiène de vie

  • Un meilleur maillage entre club sport adapté et valide

  • Une mutualisation des moyens

Quelles sont les méthodes d’évaluation prévues pour l’action ? 

 

  • L’augmentation de l’effectif dans cette discipline : objectifs 10 sportifs supplémentaires.

  • L’évaluation annuelle des sportifs adaptés de l’activité

  • L’investissement des personnes valides dans la vie du club sport adapté

  • Les contacts ultérieurs qui nous font écho de leur satisfaction

  • Développement et épanouissement personnel, assiduité aux entraînements, les échanges réguliers entre valides et personnes en situation de handicapes intellectuels.

 

Soutien aux  Sportifs Haut Niveau

 

A quel(s) besoin(s) réellement identifié(s) cette action correspond-elle ?

 

5 sportifs de l’ABSA, sont sur la liste ministérielle catégorie sénior ski de fond. Ils ont besoin de maintenir et développer leur capacité pour acquérir un fort bagage technique en ski nordique et d’un suivi médical si besoin : kiné, ostéopathe.

 

Quels sont les objectifs de l’action ?

 

  • Maintenir et développer la technique en ski de fond

  • Assurer des soins si besoin pour soulager les douleurs musculaires et autres problèmes.

  • Se servir de l’activité comme support éducatif : respect, tolérance, partage, convivialité, goût de l’effort, rigueur, persévérance……
  • Placer l’ambition sportive au centre du projet de vie du sportif.

  • Réunir les compétences et moyens à mettre à disposition des sportifs pour accéder à un épanouissement social en référence au double projet : sportif et professionnel.

Quel en est le contenu ?

 

  • Développer l’ambition sportive

  • Augmenter le nombre de stage ski de fond, ski roues,

  • Développer les compétences dans les deux styles (classique et skating)

  • S ‘appuyer sur trois grands principes :

  • La permanence : Possibilité de s’entraîner toute l’année,

  • La rigueur : Recherche d’un travail sérieux,

  • L’équilibre : Des acquisitions sur le plan sportif, social, planification des temps de récupération, repos du sportif.

  • De les préparer aux compétitions de haut niveau sur le plan national (Championnat de France)

  • De faire évoluer et s’épanouir les sportifs dans leur projet de vie, en développant l’autonomie, l’indépendance, le sens des responsabilités.

  • De développer des partenariats avec les clubs ordinaires des disciplines concernées.

Public(s) ciblé(s) ? : Personnes porteuses d’une déficience intellectuelle…

Tranche d’âge : 20 – 50 ans Sexe : M – F

Nombre de personnes bénéficiaires : 5

Lieu(x) de réalisation de l’action :

Installations sportives de BELLEY, Le stade international de biathlon des PLANS D’HOTONNES, la station des PLANS D’HOTONNES, LA PRAILLE à HAUTEVILLE – LOMPNES, et GIRON 1000.

Dates de début et de fin de l’action prévue : Septembre 2013 – Mars 2016

 

Quels résultats concrets attendez-vous de cette action ?

 

  • Développement et épanouissement personnel, augmentation des performances, podiums nationaux, sélections nationales et podiums internationaux

  • Maintien sur la liste ministérielle Haut Niveau

Quelles sont les méthodes d’évaluation prévues pour l’action ? 

 

  • Développement et épanouissement personnel, augmentation des performances, podiums nationaux, sélections nationales et podiums internationaux

  • Maintien sur la liste ministérielle Haut Niveau

 

Sport au féminin

 

A quel(s) besoin(s) réellement identifié(s) cette action correspond-elle ?

Voir projet joint

Quels sont les objectifs de l’action ?

Voir projet joint

Quel en est le contenu ?

Voir projet joint

Public(s) ciblé(s) ? Femmes en situation de handicap mental

Tranche d’âge : Tout âge Sexe : F

Nombre de personnes bénéficiaires :

Lieu(x) de réalisation de l’action : Belley

Dates de début et de fin de l’action prévue : Cette action a démarrée en 2012 et se terminera en 2015

 

Quels résultats concrets attendez-vous de cette action ?

Voir davantage de femme grossir les rangs des licenciés du club + voir projet joint

 

Quelles sont les méthodes d’évaluation prévues pour l’action ? 

Voir projet joint

Sport et nutrition...

 

A quel(s) besoin(s) réellement identifié(s) cette action correspond-elle ?

 

Le public en situation de handicap mental en institution ou en famille est sujet aux problèmes de surpoids dû majoritairement à une alimentation inadaptée.

Quels sont les objectifs de l’action ?

 

 

Objectif éducatif : - Aider les sportifs à comprendre pourquoi il est important de bien manger avant, pendant et après l’effort

- les aider à faire le lien entre alimentation et santé

- les accompagner vers un changement d’alimentation progressif (boire de l’eau au leu de soda, manger un fruit au lieu d’un gâteau…)

 

Quel en est le contenu ?

 

Projet : un fascicule qui présente comment manger, comment bouger pour être en santé (annexe 2) ;

Simplifié et adapté à un public en situation de handicap mental avec l’aide de pictogramme, de cliparts, d'images

Appui d'une nutritionniste pour le fond + documentation diverse (Ministère de la Santé, des sports).

Présentation et explication de ce fascicule aux licenciés en 2 journées

Public(s) ciblé(s) ? Tous les licenciés

Tranche d’âge : Tout âge Sexe : H/F

Nombre de personnes bénéficiaires : 150

Lieu(x) de réalisation de l’action : Belley

Dates de début et de fin de l’action prévue : début 2014

Fin de l’action : Fin 2016

 

Quels résultats concrets attendez-vous de cette action ?

 

Compréhension du fascicule et des bienfaits sur la santé d’une bonne alimentation

Comportement alimentaire plus adapté de la part des sportifs

 

Quelles sont les méthodes d’évaluation prévues pour l’action ? 

 

Echanges avec les sportifs et leurs familles ou éducateur. Constat lors des entrainements ou compétition des comportements alimentaires. Stabilisation du poids.

Les enjeux futurs

Pouvoir accueillir de nouveaux sportifs adaptés

 

Le nombre de licences fluctue un peu en fonction de l’avancée en âge, des déménagements ou ennuis de santé et parfois d’une discipline pour une autre.

Globalement les adhésions sont pérennes.

Le maintien des élèves dans les structures scolaires de droit commun nous conduit à élargir notre champ de communication : L’IME a choisi d’accentuer son offre dans le registre du semi-internat.

Les retours quotidiens à domicile sont parfois difficilement compatibles avec la pratique sportive en fin de soirée quand les parents travaillent encore.

Et les clubs belleysans sont à saturation...

Malheureusement, nous ne pouvons pas actuellement accueillir plus de personnes le mercredi après-midi ou le samedi si nous ne pouvons pas élargir notre quota d’encadrement.

Nous restons convaincus, l’expérience de 30 années l’attestant, que les bienfaits du sport se répercutent sur la capacité d’attention, l’observation, le raisonnement, la verbalisation et la mobilisation intellectuelle.

Nous participons depuis toujours à la journée des associations organisée par la ville de Belley en septembre et nous tenons un stand « tartiflette » lors de la soirée du 8 décembre. Les démonstrations sont aussi un moyen de se faire

connaître pour la pérennité du club et proposer nos services à de nouvelles personnes à la recherche d’un sport.

 

Continuer l’accompagnement des compétiteurs

 

Les résultats en championnats démontrent la qualité de notre engagement dans la pratique sportive réelle et l’efficacité du travail effectué.

L’ABSA ne dispose que d’un bénévole détenteur du BFSA qui n’est pas compétent dans toutes les disciplines :

Aussi avons-nous choisi de consacrer une partie de nos ressources financières pour maintenir une qualité d’enseignement nécessaire à la réussite des actions engagées.

Ces sportifs rêvent de bien faire, d'aboutir dans leur projet. En même temps  cela les aide  à se réaliser dans leur quotidien de vie d'homme.

Les préparer à une compétition, c'est leur donner les outils indispensables pour qu'ils réussissent en s'entourant d'une équipe d'entraîneurs pour se partager le travail.

Les stages organisés pour les sélections leur permettent de se confronter à des personnalités variées, à s’adapter à de nouvelles exigences et de démontrer leur mentalité de sportifs.

Les résultats de ces dernières années ont conduit le Conseil Général de l’AIN à reconnaître l’ABSA comme club de haut niveau depuis 2014.

 

La fonction d’entraîneur

 

Etre entraîneur ne s'arrête pas uniquement à une présence sur le terrain. Il y a de longues heures  de recherche, de réflexion, d'analyse, de partage de compétences avec d'autres entraîneurs. Le terrain n'est qu'une petite partie de la fonction.

Il y a cet apport personnel que l'on donne qui va au delà des apprentissages techniques,  des objectifs ou du partage d'une passion.

Il y a tout ce grand panier de valeurs humaines à transmettre et du vécu de chacun qui se confronte.

Insérer les sportifs dans la reconnaissance sociale

Après 30 ans d’existence, nous pouvons dire avec joie et satisfaction que la stigmatisation s’atténue au profit de l’admiration.

Les personnes porteuses d’un handicap mental ne sont plus cantonnées dans un monde à part. Leur citoyenneté est acceptée par les personnes non handicapées au travers des rencontres sportives : l’indifférence a fondu et les différences peuvent se côtoyer, voire s’épauler.

Plusieurs sportifs engagés dans la compétition sont suivis par le Service d’Accompagnement à la Vie Sociale. Ils vivent dans leur appartement avec une aide éducative ponctuelle.

Souvent ces personnes, pourtant plus autonomes, ne suivent pas assez les recommandations alimentaires des équipes éducatives : le sport leur permet de mettre un sens à cette hygiène de vie. Il participe ainsi à la lutte contre le tabagisme, l’alcoolisme, l’isolement, la mauvaise nutrition.

 

Continuer à développer une pédagogie adaptée

 

Apprendre à se mouvoir sur la neige n’est pas un exercice facile, même si le style du pas alternatif peut paraître simple car il s’apparente à la marche.

Le développement de l’aisance dans les phases de glissement à la descente revêt une importance primordiale pour l’efficacité et le plaisir.

Nous varions les formes d’apprentissage, par l’action, l’observation et l’imitation. La notion de jeu dans les apprentissages détend la personne et permet de lui faire oublier ses skis aux pieds.

Nous adaptons notre langage en fonction de la compréhension de la personne, nous lui demandons d’effectuer des gestes précis, simples sur des mouvements à l’arrêt, pour « sentir  corporellement » le bon placement.

La répétition permet l’acquisition des automatismes et la variété des terrains, des rythmes et des vitesses évite la lassitude.

Ensuite, il est indispensable de faire ressentir au sportif qu’il progresse à chaque stage. Selon ses capacités, le temps d’accommodation puis d’assimilation sera plus ou moins long pour constater les progrès accomplis. 

Le sportif doit vivre un plaisir sur la neige, grâce à l’amélioration de son niveau, à la pratique sur des parcours différents.

Aider un débutant c’est aussi rester continuellement à son écoute.

 

Nos besoins pour l’avenir

 

Renforcer les compétences des bénévoles

 

L’évolution de l’ABSA fut portée par ses bénévoles et leur dynamisme a permis d’investir dans un matériel de qualité et en ressources humaines.

Les bénévoles souhaitent se former à la gestion, et recevoir une aide pour la préparation des dossiers et l’amélioration de leurs compétences informatiques.

 

Transmettre le flambeau associatif

 

Comme toute association de bénévoles, le souci de pérennité se fait jour avec l’avancement en âge des membres de son Conseil d’Administration.

Nous recherchons l’adhésion de nouveaux membres afin qu’ils s’imprègnent de l’état d’esprit propre à l’ABSA  et soutiennent  pour les sportifs adaptés les valeurs fondatrices et continuent à les faire évoluer.

Nous avons un devoir de transmission au-delà de nous-mêmes.

Pour ne pas trainer sa vie,  s’entraider  et  s’entrainer

Développer une nouvelle activité en lien avec le ski de fond : le biathlon

L’activité commencerait sous forme de stage d’initiation en lien avec le CSVR.

 

Etoffer le parc en matériel pour le  ski

 

Depuis trois saisons, le groupe ski roue s’est développé et nous avons besoin de plus de matériel.

FranceCinq  sportifs sont repérés par notre fédération et retenus dans le groupe France, peut être 7 bientôt. Ils sont très fiers de porter les couleurs nationales.

Un skieur en équipe de France a besoin d’au moins 4 paires de ski de fond selon le type de neige : neige froide, humide, (4 paires de ski c’est le minimum : 2 paires en classique et deux paires en skating.)

En réalité, il faudrait 4 paires de chaque : deux pour neige froide, deux pour neige mouillée.

Un fartage  de qualité compétition coûte cher : deux mêmes paires de ski fartées différemment, pour un même type de neige offrent une différence de glisse. Dans le ski,  il y a la technique, la condition physique et la GLISSE. Nos sportifs sont maintenant capables de sentir jusqu’à cette différence mais leurs moyens ne leur permettent pas cet investissement, l’ABSA porte donc ce coût.

Depuis peu  la marche nordique est venue étoffée la préparation physique des sportifs.

Actuellement nous recherchons une dotation pour financer des séances de musculation dans une salle spécialisée.

 

Le football

 

Notre équipe de football a été  sélectionnée pour le championnat national qui a eu  lieu à Cahors en Mai 2012.

Nous avons besoins d’un jeu complet de maillots.

Pour l’ensemble des sportifs et l’association

Nous avons jusque là pu financer les survêtements du club. Notre trésorerie a du faire face à des investissements en prestations de vacataires.

Pour moderniser le suivi des sportifs et faciliter le travail administratif de l’association, nous avons besoin d’un ordinateur portable avec la suite Office, ou au moins les logiciels Word et Excel.

Nous devons répondre à de nouveaux frais : stages nationaux avec les accompagnateurs pour la natation, les déplacements proches sont souvent facilités par les établissements ou par nos véhicules personnels. Les longues distances font appel à un transporteur. Les subventions en numéraire seront toujours les bienvenues.

Une aide supplémentaire pour nous aider dans nos actions serait donc très précieuse...

 

 

Note michel

Commentaires

  • Crozier martine
    • 1. Crozier martine Le dimanche, 04 mars 2018
    Bravo pour tout le travail accompli,pour ces beaux résultats sportifs et surtout de donner à ces jeunes l'occasion d'exprimer leur talent!
    • mam0ur
      • mam0urLe mardi, 06 mars 2018
      Merci pour votre commentaire Martine, n'oubliez pas qu'en tant qu'éducateur, vous aidez aussi nos jeunes à s'épanouir ! Carole
  • Fontaine Laurence
    • 2. Fontaine Laurence Le vendredi, 19 janvier 2018
    Il y avait longtemps que je n'étais pas venue visiter votre site !
    Un grand bravo à Mme THIROUX (que je ne connais pas encore ) pour l'avoir créé et l'alimenter de façon vivante !
    • mam0ur
      • mam0urLe mardi, 30 janvier 2018
      C'est très gentil Laurence, merci beaucoup pour votre commentaire ! Carole